Transport

Gare aux bisons!

La plupart des collisions avec des bisons auraient pu être prévenues. Voici quelques mesures que vous pouvez prendre pour réduire ce risque.

  • Consultez le bulletin des conditions routières avant de prendre la route.
  • Ralentissez, surtout après la tombée de la nuit et au petit matin. Si vous devez emprunter les routes 3, 5 et 7, tâchez de planifier vos déplacements de façon à y rouler seulement en plein jour.
  • Si vous voyez des animaux sauvages, utilisez vos feux de détresse pour en avertir les conducteurs qui vous suivent.
  • Ne faites pas un écart brusque afin d’esquiver un animal. Cela pourrait vous faire perdre la maîtrise de votre véhicule et vous faire faire une collision frontale avec un véhicule venant en sens inverse. Au besoin, arrêtez et attendez que l’animal ait libéré la voie.
  • Rappelez-vous que la plupart des animaux sauvages se déplacent en troupeaux. Si vous en voyez un, il se peut bien qu’un ou plusieurs autres suivent. Adaptez votre vitesse et changez l’intensité de vos phares en conséquence.
  • Utilisez vos feux de route lorsque c’est possible, pour augmenter votre visibilité sur une plus longue distance devant vous.
  • Si vous heurtez un animal, ne vous en approchez pas. Rangez-vous sur l’accotement et faites signe à un ou plusieurs autres conducteurs, pour leur demander d’avertir l’agent de la faune le plus proche, si vous ne pouvez le faire. Allumez vos feux de détresse pour que les autres usagers de la route fassent attention.

Quelques mots au sujet des bisons

Chaque année, il se produit des collisions avec la faune sur nos routes, particulièrement avec des bisons. Ces collisions entraînent bien sûr des dommages aux véhicules, mais aussi bon nombre de blessures. La plupart des incidents ou accidents de ce genre se produisent sur les routes 3 et 5. On peut aussi apercevoir des bisons le long de la route 7.

La période d’août à novembre (où la durée d’ensoleillement diminue graduellement et où il n’y a pas encore de neige qui permet un contraste entre la route et les animaux) est particulièrement propice aux collisions avec des bisons. Sans surprise, c’est entre la tombée de la nuit et l’aube que le risque de collision avec un bison est le plus élevé.

On sait que le plus grand risque de collision avec un bison se présente le long de la route 3, à partir du kilomètre 21, près de Fort Providence, jusqu’au kilomètre 70. Par la suite, le risque est semblable jusqu’à l’approche de la ville de Yellowknife. Les conducteurs qui empruntent la route 3 doivent donc faire preuve d’une prudence accrue en tout temps, particulièrement entre la brunante et l’aube.

Un certain nombre de facteurs expliquent que les collisions avec les bisons soient de plus en plus préoccupantes. Mentionnons le fait que les bisons étendent leur aire de répartition jusqu’aux alentours de Yellowknife. À cela s’ajoutent l’augmentation de la circulation et la vitesse élevée. Autres facteurs également : les mouvements et l’expansion du bassin du Mackenzie, en raison des inondations dans la Réserve de bisons du Mackenzie, ainsi que les divers travaux de maintenance, d’élargissement ou de réfection de la route.

Pour améliorer les statistiques en matière de collisions avec des bisons, il faut que les conducteurs fassent preuve de prudence et prennent de sages décisions lorsqu’ils sont au volant.